Mardi 19 janvier 2021

fête de la Théophanie — Baptême du Christ (Mt 3 ; 13-17)

Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit,

L’Église orthodoxe, aujourd’hui, a conservé un seul événement de la vie du Christ le 6 janvier (ou le 19 janvier, ancien style) : le baptême de Notre Seigneur.

C’est la seule manifestation de Jésus qui est proclamée ce jour-là.

Les quatre évangélistes accordent à cet événement une très grande signification, aussi importante et aussi grande que la fête de l’Exaltation de la Croix ou même que la Résurrection de Notre Seigneur.

Jésus est âgé de 30 ans au moment de son baptême.

Jusqu’à maintenant, il a vécu parmi les siens, dans son entourage, en Galilée, comme un homme ordinaire, travaillant de ses mains (en exerçant le métier de charpentier, comme son père adoptif, Joseph), partageant sa vie quotidienne avec ses disciples. Rien, absolument rien de sa nature divine, n’est apparu dans l’homme Jésus, dans l’homme de Nazareth.

Puis, soudain, sur les bords du Jourdain, au moment du baptême de Jésus par Jean le Baptiste, Dieu se révèle dans la personne du Christ.

Lui – le Fils de Dieu, Lui- le Verbe de Dieu, sur Lui repose le Saint Esprit de toute éternité. Dieu le Père témoigne de la divinité de Jésus et Le proclame son Fils unique.

Dans l’Évangile de saint Matthieu, nous pouvons lire :

« Et voici, une voix fit entendre des cieux ces paroles : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection » (Mt 3, 17).

Précisément à partir du baptême du Seigneur, le monde peut découvrir et connaître les trois Personnes de la Sainte Trinité. C’est tout le mystère qui nous permet d’invoquer le Père et le Fils et le Saint Esprit comme un seul Dieu.

Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, aujourd’hui, Dieu apparaît et se révèle, complètement, en trois Personnes.

Nous ne pouvons rien ajouter à cette vision.

Saint Jean baptiste ne veut pas, mais Jésus insiste, Il enlève son vêtement et incline la tête devant le prophète.

Jésus plonge dans l’eau du Jourdain, Il permet qu’Il soit baptisé, humblement et simplement, par Jean.

Lorsque Jésus descend dans la profondeur du fleuve, nous devenons les témoins d’une complète révolution : ce n’est pas le baptisé qui est purifié, c’est l’eau du Jourdain qui est purifiée.

A partir du jour de notre baptême, nous pouvons nous changer, nous pouvons être transformés, cela devient possible.

Mais nous ne le faisons pas toujours, parce que nous restons fondamentalement libres devant les dons de Dieu. Dieu respecte absolument notre liberté et II ne nous oblige pas à Le suivre.

C’est alors le fameux talent qui ne porte pas de fruit, malheureusement.

Souvenons-nous de ces paroles contenues dans l’Évangile :

« Celui qui n’avait reçu qu’un talent s’approcha ensuite, et il dit : Seigneur, je savais que tu es un homme dur (…).

J’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre ; voici, prends ce qui est à toi.

Son maître lui répondit : Serviteur méchant et paresseux (…) » (Mt 25 ; 24-26).

Mais si nous sommes d’accord de travailler avec Dieu et de coopérer avec Lui, si nous permettons que sa grâce nous purifie et nous sanctifie, alors nous pouvons devenir des disciples du Seigneur et nous pourrons recevoir une part de sa sainteté.

Nous avons été illuminés pendant le temps de notre baptême : si nous communions aux saints corps et sang du Christ de façon sincère, avec foi et amour, chaque jour, nous nous rapprocherons de Dieu et de son Royaume.

Voilà pourquoi la fête de la Théophanie est si importante dans l’église orthodoxe, et voilà pourquoi le baptême, que nous avons reçu dans l’Église, apparait comme un sacrement si important dans notre vie personnelle, comme une grâce que Dieu nous a conférée en vue de devenir l’un de ses enfants.

Amen.

higoumène Alexis

Théophanie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *