Dimanche 4 avril 2021 -  3ème dimanche du grand carême

 Dimanche de la sainte Croix

(Mc 8,34-9,1)

 

Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit,

Le Seigneur nous a dit : « Si quelqu’un veut venir après moi … » (Mc 8,34).

Suivre Jésus ou marcher derrière Lui, cela veut dire : vouloir être semblable à Lui, désirer Le servir et accomplir les deux plus grands commandements :

« Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force » (Mc 12,30).

« Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Mc 12,31).

Celui qui marche derrière Jésus : il ne s’agit pas de l’homme Jésus d’il y a plus de 2000 ans en arrière.

Il s’agit du Christ, du Seigneur, de Celui dont nous célébrons la résurrection chaque dimanche, au cours de la divine liturgie.

Suivre Jésus, marcher derrière Lui, mettre ses pas dans les Siens, nous devons le faire, aussi souvent que possible, à chaque moment ou chaque instant, chaque jour de notre vie quotidienne. Mais c’est difficile.

« Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même » (Mc 8,34).

Renoncer à soi-même, cela signifie renoncer à sa propre volonté.

C’est difficile de renoncer à sa volonté et d’accepter, justement, que ce soit la volonté du Seigneur qui s’accomplisse : en tout lieu, en tout temps et en toute chose.

C’est difficile, c’est un effort, qu’il est nécessaire d’accomplir chaque jour et même plusieurs fois par jour. En cela, la prière peut nous aider, en particulier celle du Notre père :

« Notre Père, qui es aux cieux (…), que ta volonté soit faite sur la terre comme aux cieux… ».

Renoncer à soi-même, cela ne veut pas dire, évidemment, de tout abandonner, de tout laisser et de partir dans le désert, loin des gens.

C’est vrai pour chacun d’entre nous : Dieu nous a placés dans une certaine situation, à un certain endroit, sur un certain chemin.

En tant que chrétiens orthodoxes, nous sommes des personnes responsables : nous devons assumer nos responsabilités, remplir nos obligations, accomplir notre service et effectuer notre travail.

Voilà pourquoi le Seigneur nous demande de prendre notre croix, Il nous demande d’accepter de porter notre croix, qu’Il nous a donnée.

Porter sa croix, cela signifie accepter, de bonne grâce, les circonstances et la situation dans laquelle Dieu nous a placés.

Par exemple, nous devons apprendre à accepter notre situation professionnelle, notre situation familiale, notre service à l’église, nos responsabilités, notre santé ou bien notre maladie, nos difficultés, etc.

Amen.

Higoumène Alexis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *